Musiciens

Kaïmaki – jazz grec 

Le quintet de jazz Kaïmaki nous accompagne au fil des rencontres à travers la Grèce qui vit la crise.
« Rébète un peu pour voir » est un hommage au rebetiko, musique populaire grecque des années 20.
« Sti steria dhen zi to Psari » est la reprise d’un célèbre chant révolutionnaire du XIXe siècle.
La « Lettre à la France », prononcée le 14 juillet 1945 par le résistant Yanis Ritsos est un moment fort du film.
L’album « Mataroa », d’où sont issus la majorité des titres présents dans le film nous parle d’exil et de liberté, de résistance et d’espoir. Une fresque musicale et poétique qui interpelle sur la notion d’identité.La notion d’identité, le groupe la connaît. Le pianiste et compositeur d’origine grecque, Stéphane Tsapis a réuni autour de lui un saxophoniste d’origine libanaise et de sang crétois, un contrebassiste brésilien, une comédienne grecque et un batteur basque.

Le groupe est né en 2010 d’une entente humaine et de la volonté de développer ce projet autour de la Grèce, du jazz et de la poésie.


Site internet : http://www.stephanetsapis.com
Revue de presse Kaïmaki

Spike 69 – rap grec

Spike 69 est un rappeur franco-grec engagé. Son titre « Ellada Pantodynami » vient appuyer la révolte des jeunes générations. Loin de tous les clichés du rap commercial, son album est auto-produit et en vente uniquement dans certains lieux d’Athènes. La rencontre avec cet artiste s’est faite à l’image du film, en rencontrant et en discutant avec les Grecs, simplement et naturellement.

Site internet : http://www.myspace.com/spikesixtynine

Les musiciens de rue d’Athènes

Et aussi les musiciens de rue d’Athènes qui font vivre la ville au rythme de leurs instruments. De Monastiraki à la place Syntagma, leurs chants traditionnels nous font traverser la Grèce entière.

Publicités