Revue de Presse / Première

Première – n°428 – octobre 2012 – Antoine Prioul
 

« Incarner la crise et saisi l’infernale perversité économique qu’elle produit »

Au travers d’une kyrielle de témoignages, ce documentaire pointe la misère du peuple grec : une enseignante, vingt-cinq ans d’ancienneté, voit son salaire passer de 1.400 à 900 euros par mois ; une autre raconte les vols de sandwichs dans les salles de classe ; un paysan travaille à perte « parce qu’il ne sait rien faire d’autre ». Si ce patchwork atteint son but (incarner la crise, donc, et saisir l’infernale perversité économique qu’elle produit), le film possède aussi les qualités de ses défauts : plus il court partout et plus il s’éparpille.
 
Mensuel, actuellement en kiosques
Lire l’article
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s